Quid de l’ouverture des stations de ski pour la saison 2022/2023 face au prix de l’electricité

chamrousse station isereDécidément, les années se suivent et risquent de se ressembler … Les stations de ski font face depuis 2 ans à des hivers compliqués. Après avoir vécu une année de fermeture il y a deux ans, puis une saison rendue compliquée par le Covid l’an dernier, c’est une autre crise qui attend les stations au tournant de l’hiver. La crise énergétique liée à la guerre en Ukraine a fait monter les couts de l’énergie à des niveaux jamais atteints jusqu’alors, faisant naitre de grosses inquiétudes sur les couts de l’exploitation des remontées mécaniques dépendantes du prix de l’électricité.

S’exprimant auprès de France 3, il est parmi les premiers à tirer la sonnette d’alarme : le directeur des remontées mécaniques de la station de Villard-de-Lans est inquiet concernant l’ouverture de la station pour l’hiver et la saison de ski 2022 / 2023.

Les remontées mécaniques face à l’augmentation du prix de l’électricité

Le prix du Mégawattheure a été multiplié par 20 en seulement quelques mois, passant de 55 euros à une valeur variant actuellement entre 800 et 1000 euros !

Ceci fait mécaniquement monter la facture pour les exploitants de la montagne, d’un poids de de 5% du chiffre d’affaire, le cout de l’électricité passerait à plus d’un quart des revenus !  Autrement dit, cela menace directement la rentabilité de la station et pourrait causer une impossibilité d’ouvrir les stations de ski à la date prévue cet hiver.

Station de ski et électricité : le cas de Villard de Lans, Alpe d’Huez et 2 Alpes

La station de Villard de Lans n’est pas la seule et plusieurs d’entre elles vont entamer les discussions autour du renouvellement de leur contrat d’énergie, ce qui est annonciateur d’augmentations rendant là aussi l’ouverture difficile à envisager sans faire face à de lourdes pertes. En Isère, c’est notamment le cas de stations d’envergures comme L’Alpe d’Huez et les 2 Alpes, des moteurs du département en ce qui concerne les sports d’hiver, mais la plus petite station du Collet d’Allevard est également concernée. Et ce sera le cas dans tous les massifs au fur et à mesure que les contrats d’approvisionnement en énergie vont devoir être revus …

Station de ski et électricité : Chamrousse face à l’augmentation du prix

Dans le Dauphiné, on apprend qu’à Chamrousse, le renouvellement du contrat de fourniture d’EDF n’est prévu que pour fin 2023, mais dans un an la facture va passer de 450 000 € à près d’un million ! Le prix du forfait a été augmenté d’un euros par rapport au prix déjà augmenté décidé en juin dernier : ce sera 39€, mais est-ce que ce sera suffisant ? Des fermetures de remontées supplémentaires en basse saison sont déjà prévues, ainsi qu’un ralentissement de la vitesse de certaines remontées toujours en basse saison.

ouverture station ski hiver 2022 2023 et crise prix électricité : va-t-elle ouvrir ?

Les prix de l’énergie explosent et la commune se prépare déjà à voir ses factures tripler. Le coût annuel de l’électricité pour la Régie des remontées est de l’ordre de 450 000 €. D’ici un an, il passera à plus d’un million d’euros. La question de l’ouverture d’une telle station de ski en 2023 va se poser !

Un bouclier tarifaire pour les stations de ski ?

Ralentir les remontées ou fermer des pistes ne suffira pas ! Quelle solution pour la saison ski 2023 face à ces couts impossibles à absorber tant par les stations que par les clients qui verraient le forfait augmenter démesurément ?

Cela pourrait passer par un « bouclier tarifaire » similaire à celui mis en place pour réduire le prix de l’électricité payé par les ménages français.

Mais il n’y a pas que les remontées qui sont concernées : quid des piscines chauffées en station (sachant que des piscines ont déjà fermé début septembre dans certaines villes de France) et des patinoires ? Le défi de ce cout de la houille blanche pour les mairies, collectivités locales et exploitants est de taille !

Ouverture ou pas des stations en 2022 / 2023 ? A suivre ICI !

Une discussion pour faire face à cette nouvelle crise et au risque de fermeture des stations faute d’électricité à prix contenu s’est tenue le 6 septembre 2022 avec autour de la table : le ministère, Les Domaines Skiables de France et les représentants de l’Association nationale des maires des stations de montagne. Un communiqué de l’ANMSM par la voix de Jean-Luc Bloche son président (et maire de La Plagne), revient sur ce qui a été échangé à cette occasion face au risque de fermeture des stations ski cet hiver 2022 2023.

Voici ce que l’on en retient à ce stade :

L’ANMSM a dès le mois de juin saisi les différents ministres en charge de ce sujet. Des discussions ont été engagées par l’association à l’occasion de récents entretiens. Même si des économies d’énergie seront réalisées par les communes supports et l’ensemble des structures associées, des mesures doivent impérativement être prises par les pouvoirs publics sur le prix du MWh pour sécuriser nos collectivités et redonner de la visibilité aux stations pour les prochains mois.  …  La situation de la montagne a un caractère unique par la saisonnalité de son tourisme, qui est principalement hivernal. Cela implique dès lors un profil de consommation de l’électricité compliqué car condensé sur une période où la consommation nationale est au plus haut. La filière montagne est donc très exposée face à l’augmentation des coûts

 

Le 9 septembre 2022, Anne MArty, présidente déléguée des Domaines skiables de France et directrice générale adjointe d’Altiservice qui gère les stations de Font-Romeu et Saint-Lary, donnait dans lejournaltoulousain des nouvelles rassurantes pour ceux qui s’inquiètent d’une impossibilité d’ouvrir. Dans l’article à lire ici : https://www.lejournaltoulousain.fr/occitanie/economie-occitanie/stations-ski-pyreneennes-ouvertes-malgre-prix-electricite-179355/amp/, elle indique que les domaines skiables, service public, seront ouverts. Elle rappelle les efforts déjà engagés depuis 2020 pour réduire la consommation, l’effort ira jusqu’à 10% cette année, en minimisant l’impact sur les skieurs. Ceci en jouant sur la vitesse des remontées ou sur la fermeture de certaines les jours de faible abondance. De nouvelles dameuses électriques ou à hydrogène vont participer à cette action tandis que l’objectif est d’atteindre la neutralité carbone au plus tard en 2037 sur tous les domaines skiables. Ceci étant dit, les domaines skiables demandent à « être intégrés aux dispositifs d’accompagnement des électro-intensifs, comme n’importe quelle autre entreprise » en intégrant aussi les exploitants publics. La visibilité sur la durée des contrats de fourniture d’énergie est également réclamée, ainsi que la fin de l’alignement du prix de l’électricité sur celui du gaz.

Comme pour les crises des années précédentes, vous retrouverez dans cet article le suivi de la situation et de l’ouverture des stations pour l’hiver 2022/2023 avec de fréquentes mises à jour. Selon elle, les difficultés sont réelles

On tient à jour cet article régulièrement avec les dernières informations sur l’ouverture stations 2022/2023 : un point important alors que les réservations de logement au ski pour l’hiver ont déjà débutées et doivent se poursuivre dans les semaines à venir.

Un délai sur les mesures d’aide au domaine des stations de ski risque de freiner les réservations et futures vacances au ski, dans un secteur déjà largement éprouvé ces dernières années.

 

 

5/5 - (1 vote)